Julley!

    Ou en etions-nous...Ah oui, au retour de notre peregrination "fluviale" sur le Zanskar gele...La premiere operation effectuee fut le sceau d'eau chaude sur le corps, autrement dit la douche ladakhie. Un moment d'une etrange sauvagerie. Imaginez un humanoide blanchatre, totalement nu, les pieds dans une bassine en plastique rouge posee sur un trou beant en porcelaine (mode turque!), et qui tente de s'asperger d'eau chaude dans la demi obscurite d'une salle de bain de terre sans electricite, baignee dans une atmosphere de brouillard mysterieux...Voi-la! Et la cerise sur le pancake: une individu en doudoune et bonnet qui aide au rincage des cheveux de l'homme nu comme un ver! M'enfin le resultat est sans appel: un bien-etre s'empare alors de nous et une somnolence de bonheur nous plonge dans une lethargie bienfaitrice.

DSC_0323

    Amaley (Maman!) a finalement decale son retour d'une semaine. Nous cuisinons ainsi pour Abaley (qui travaille comme un fou dans sa petite epicerie jusqu'a 21h) de savoureux plats aux saveurs franchouillardes: croque-monsieurs, nouilles aux legumes et au fromage (de yack evidemment), compote de pomme a la canelle, puree maison aux oignons et omelette au champignons. Nos papilles gustatives s'eclatent tandis qu'Abaley semble plutot apprecier cette nourriture toute prete lorsqu'il revient a la maison. Contrairement a la franchise mongole, la discretion ladakhi nous empeche de deviner si VRAIMENT, il aime. Le saura-t-on un jour?
     Nous apprenons tranquillement a utiliser les outils quotidiens de la maison. Evidemment, l'eau est a aller chercher a la fontaine, pas loin, pour etre versee dans un grand seau pres du poele a gaz. Un travail d'homme que Vidian prend treeees au serieux. Mais apres attention, tout se complique (travail de femme?): il faut prendre la cruche en plastique VERTE pour prelever de l'eau de ce recipient...Pour faire la vaisselle, verser l'eau de la cruche VERTE dans la cruche en plastique GRISE (plus grande). L'erreur: prendre l'eau marmite a eau chaude (pas celle a the, hein?) avec la cruche GRISE...Abaley n'est pas content? T'avais qu'a faire gaffe!...Quelle chance de tomber sur une famille pour qui le respect de la purete de l'eau est essentielle. De toutes facons, cette famille n'a, tres objectivement, aucun defaut. Mais cela vaut bien un recit en lui-meme et cela fera le sujet d'un prochain message bloguesque.

   Nos journees s'organisent entre loooongues matinees a boire un the-pres-du-poele-a-la-maison, le cafe internet, ou un gentil petit bonhomme nous sert un bon the au lait sucre lorsque le froid se fait sentir (et lorque le temps qui passe commence a rendre son petit business assez lucratif), la Golden Bakery, qui nous offre de savoureux muffins (chacun ses caprices!), les rues de Leh, qui voient deux vagabonds errer a la recherche de chouettes lumieres, et le "Tibetan Friends Corner" ou l'"Amdo Cafe" pour engloutir un fried rice ou une crepe aux legumes..."Mais, ils sont obsedes par la bouffe ma parole"...

DSC_0396

     Et voila que des rencontres vont precipiter le rythme de nos journees.
    Cherchant en vain une agence de trekking pour demander les permis speciaux pour la vallee de la Nubra ou le Tso Moriri, trop pres de la frontiere chinoise, nous tombons sur une blondinette bien sympa, Celine, qui semble connaitre bien le coin. En prenant un cafe, nous apprenons bientot qu'elle tourne en realite un documentaire sur la vie d'Olivier Follmi (grand photographe et amoureux de l'Himalaya). Et voila qu'Armelle est embauchee pour tourner une sequence en doublant virtuellement Danielle Follmi!
     Celine et Sonam viennent nous chercher un matin et nous voguons bientot sur les pistes ladakhies vers le village de Stok. Arrives au Gompa, un minuscule et adorable monastere accroche a la montagne, le Seshu (les puristes excuseront l'orthographe), entre danse des masques et transe des moines, commence. Le temps est magnifique: un soleil "calorifique" et une purete de l'air cristalline. Nous nous retrouvons malheureusement "coinces" dans l'espace reserve aux touristes. Mais il faut avouer que le point de vue est parfait, legerement en hauteur et le soleil de trois-quart dans le dos. Celine tourne des images pendant que le doigt de Vidian se cramponne au declencheur de l'appareil. Une avalanche de couleur, de contraste, de mouvement. C'est superbe!

DSC_0082

     C'est alors que nous remarquons un trio d'enfer: deux beaux gosses, lunette de soleil et peaux tannees, et une femme dont le regard en dit long sur sa capacite a vous scanner le cerveau! Nous commencons a discuter avec l'un des deux grands gaillards sympathiques. Il revient de 21 jours d'expedition entre le lac Tso Kar et le Zanskar avec un ami et 10 porteurs. Bien sur, nous avons les yeux grands ouverts et ne perdons pas une miette de son recit. Specialiste des aspects religieux en Inde, Igor le bien nomme, nous conte les secrets de ce qui se passe devant nous. Nous decouvrons aussi que son potos n'est autre que le redacteur en chef d'un magasine de marche et de montagne. Ils restent quelques jours a Leh et nous invitent a passer a leur Guest House. Cela ne tombe pas dans l'oreil d'un sourd. En ce qui nous concerne, la faim nous tenaille trop pour continuer a observer ce ballet de couleur et nous filons avaler des nouilles chinoises avant de trouver un col propice aux images que veut tourner Celine avec Armelle...qui se retrouve en goncha traditionnelle, un foulard sur la tete, brassant la poudre en soufflant. Pendant ce temps, Vidian prend de la hauteur et gagne le col a 3802m. Le pied!

DSC_0140

     Nous voila de retour a Leh. Nous avons le grand plaisir de preparer un bon the au lait sucre pour le retour d'Amaley un lundi matin. Cette femme est toujours aussi belle, et d'une energie debordante. Les retrouvailles sont vraiment sympa, avec toutes les reminiscences des moments passes ensemble il y a 4 ans...
    Un apres-midi, nous passons par la Jigmet Guest House et retrouvons le trio...en train de dormir dans leur sac de couchage! Un petit the s'improvise et les discussions s'orientent rapidement vers l'aventure, la passion des voyages, les rencontres...Jean-Marc nous gratifie pendant ce temps d'un subtil echantillonage de musique occidentale...Qu'il est doux d'entendre l'harmonica de Bruce Springsteen, la voix de Marianne Faithfull ou la guitare de Jimmy Hendrix! Le rhum se mele bientot au the, et nous resterons finalement diner! Le voyage est le catalyseur de rencontres fantastiques, celles que vous n'auriez pas meme espere. Profiter de la sagesse et de l'experience de grands voyageurs, connaitre les dessous de certaines aventures mediatiques. Henriette a pu connaitre Theodore Monnot ou meme Lanzmann. Nous repartons en silence dans la nuit, perdus dans le tumulte des reves que ce trio nous a inspire...

DSC_0624

    Plus tard, nous retrouvons notre guide Stanzin devant un chorten connu pour etre le point de rdv des Zanskarpas. Aujourd'hui, c'est lui qui nous invite a dejeuner! Dans les bas quartiers de Colony, nous entrons dans une cour ou jouent aux cartes trois adolescents. Les "Julley" fusent encore lorsque nous decouvrons sa chambre. Une petite piece dont le sol en terre battue est recouvert d'une paillasse. Une malle de vetement, un vieux poste de radio-cassette, quelques sachets d'epices poses sur une caisse en bois, un rechaud a kerosene et quelques paires de bottes s'eparpillent dans l'espace. En ce moment, sa petite soeur et son grand frere Namgial partage sa caverne. Un cylindre ferme et perce de trous, pose sur le rechaud, lui permet de se chauffer. Seule une petite fenetre eclaire son antre. Il est heureux, Stanzin. On discute, on rigole (il adore raconter des histoires tres droles), et on se cuisine un bon fried rice avec des lentilles. Dans le meme temps, chacun garde une oreille sur la radio qui lance les resultats du match de cricket entre l'Inde et le Sri Lanka. Un moment simple et sympathique, comme on les aime...

DSC_0424

    Il est 9h lorsque nous retrouvons le trio sympathique a la Jigmet Guest House. Celine est deja la et nous avalons un cafe. Nous voila dans la Tata Sumo (4x4 indien) de Tundup en direction du gompa de Matho. Un autre "seshu" se joue dans ce monastere, qui a tout a envier du charme de celui de Stok. Chacun se met en place et bientot, c'est une foule d'hommes, de vieillards, de femmes et d'enfants qui se pressent dans une cohue indescriptible.

DSC_0061

    Alors que les danses des masques evoluent sous nos yeux, des averses de batons s'abattent regulierement sur les pretendus agitateurs de la foule. La securite est assuree par les militaires indiens, et malgre les rires des locaux, nous sentons une petite tension. Igor continue a expliquer a Vidian le developpement du bouddhisme en Inde et au Ladakh lorsque les oracles debarquent en courant...
     Deux moines en transe, torse nu, crient et levent les bras. Ils reviennent bientot en costume, un sabre a la main. Une multitude de kataks, echarpes de soies, leur ceinture bientot le torse. Pendant presque deux heures, ils evoluent devant nous, courant sur les toits, tentant de se couper la langue ou le bras, en poussant des cris et en dansant. Ils sont possedes par une divinite et lancent des paroles incomprehensibles. Soudain, l'un deux court dans notre direction, grimpe les marches a une vitesse vertigineuse puis marche tranquillement sur le parapet. Derriere lui, 20m de vide. Nous ne sommes qu'a quelques metres de cet homme qui halete, les yeux dans le ciel. Nous sommes a genoux et le voila qui s'arrete devant nous. Il est la et absent a la fois. Chacun stoppe sa respiration. Un seul souffle suffirait a le precipiter dans le vide. Il est epuise et recule maintenant doucement, placant chaque pied l'un derriere l'autre sur le muret de terre. Son sabre nous frole. Quelque chose, ou quelqu'un, le guide. Son funambulisme nous tient en haleine. Puis soudain, il lance un grand cri, se ramasse sur lui meme, s'elance en courant puis saute sur une petite plateforme. Chacun prend une longue inspiration, comme apres une longue apnee. L'oracle continue a danser en bas puis dans un grand rale, tombe en arriere. Les moines le receptionnent dans leur bras et emmene ce corps inerte d'une raideur cadaverique sur leurs epaules. C'est fini. Chacun reste coi. Chacun interroge du regard son voisin. Juste incroyable. Un evenement d'une force et d'une beaute extraordinaire. Nous marchons comme des somnambules dans le dedale des marches du monastere et regagnons la voiture sous un lever de lune fantastique. La soiree se terminera autour d'un bon cognac francais (merci la famille) et les mets delicats d'un restaurant cashmiri. Henriette, Igor et Jean-Marc repartent demain vers de nouvelles aventures indiennes, dans la moiteur de la province du Kerala. Nous nous quittons dans l'obscurite. Bonne route!

DSC_0055

    Amaley a repris la maison en main. Et c'est par de delicieux et gargantuesques petit-dejeuners que nous commencons chaque journee. Nous fomentons actuellement de nouveaux plans d'escapade glaciale en scrutant les cartes topographiques de la region. Nous partons demain vers des monasteres recules et les petits villages du coin, en esperant croiser la route de loups ou leopards des neiges qui peuplent la region. Sept jours de marche, pour se remettre en route.

DSC_0701

     Glacialement et chaleureusement!

     Vidian et Armelle